Au fil des jours Tissu, Texte ET Prétexte La démarche
Accueil du site Au fil des jours Portes Ouvertes "Dialogues au jardin"
Portes Ouvertes "Dialogues au jardin"

Les samedi 3 et dimanche 4 octobre 2015 j’ai participé aux journées portes ouvertes "Dialogues au jardin" organisées par Jardin Créations à Créteil, 13 rue du Parc, de 10 h à 19 h. Deux jours riches en événements, une occasion unique pour découvrir mes dernières créations dans une atmosphère très conviviale. Venez nombreux !


Présentation de l’exposition

Filiation : mes grands–mères étaient couturières, je suis peintre plasticienne.
Ni peinture, ni véritablement couture, la pratique se situe dans un entre-deux, une espèce de peinture bricolée où la règle consiste à s’arranger avec les moyens du bord.

Existe-t-il un lien entre la peinture et la couture ?

Le fil est là, rassurant, symbole de la conduite à tenir, pour se raccrocher, tisser des liens et garder le cap. Il m’appartient comme celui que sécrète l’araignée pour tisser sa toile ; il est organique et accompagne le déplacement. Il ne prétend pas attraper une quelconque proie – pas de filet ni de maille – mais se dévide plutôt de façon continue et inaltérable sans autre but que d’habiter le lieu de sa présence.

Coudre, découdre, recoudre.

Peindre, dépeindre, repeindre.

Faire, défaire, refaire.

Trois temps récurrents dans la pratique qui se nourrit de la richesse des rencontres. Ainsi la chaleur humide de la végétation luxuriante des tropiques où j’ai vécu, la visite de Latour-Marliac, lieu de conservation des nénuphars où se serait servi Monet pour Giverny alimentent-elles la série des Réminiscences.

Lieu confus de la mémoire, la peinture joue de l’eau et des ses dégoulinures comme la buée sur les vitres de la serre.

Au-delà des images, peindre pour dépeindre.

Découdre c’est décomposer, désagréger, disloquer, se mettre en péril, introduire le délabrement, la déconfiture. Détruire le visible et produire une image qui n’est pas la représentation du réel mais proche d’un paysage dans lequel il s’agit de se perdre. Le démantèlement de la toile correspond à une volonté de fractionner l’unité perceptive que pourrait constituer l’Etre.

En découdre avec la réalité, dans l’atelier, qui en est l’anagramme.


GALERIE


Voir en ligne : La page Facebook de l’événement







Ajoutez un commentaire

Rechercher :
13 septembre 2015


 
© 2011 - 2018. Françoise Vallée | Reproduction interdite | Mentions légales | Plan du site
Site conçu par Christian Julia avec SPIP